Le prêt étudiant garanti par l’État : l’essentiel à retenir

Le prêt étudiant garanti par l’État : l’essentiel à retenir

L’État a prévu un prêt pour les étudiants qui désirent financer leurs études. Cette offre de crédit est disponible dans 5 banques, permet aux étudiants de disposer d’une somme de 20 000 euros. Pour bénéficier de ce crédit, vous n’avez pas besoin d’une autorisation parentale.

De quoi retourne ce crédit étudiant ?

Il existe déjà un crédit classique pour le financement des études des enfants. C’est un prêt qui exige que le parent soit garant. Mais pour le crédit étudiant garanti par l’État, la caution parentale n’est pas requise. C’est la banque Publique d’Investissement dans ce cas de figure qui se porte garante à hauteur de 70 % en cas de défaillance dans la solvabilité du prêt. Avec ce prêt, un étudiant peut disposer d’un montant de 20 000 euros pour s’assurer un logement, acquérir un ordinateur. Les seules conditions à remplir pour bénéficier de ce financement sont d’abord d’avoir moins de 28ans d’âge. Ensuite, il faut résider dans l’Union européenne et choisir une formation qui donne droit à un diplôme français.

Quels sont les établissements financiers qui sont partenaires dans l’attribution du prêt étudiant garanti par l’État ?

Pour l’application de cette mesure, cinq établissements financiers ont été retenus. Il s’agit des Banques Populaires, des Caisses d’Épargne, de la Société Générale, le CIC, le Crédit Mutuel. Les demandes de prêts sont déposées auprès de ces banques. La banque vous octroie le prêt en fonction de votre capacité à rembourser au terme de vos années de formation estudiantine. Le montant classique peut connaître quelques variations en fonction de l’école de formation choisie ainsi que du niveau d’étude.

Comment se font les remboursements du prêt ?

Le remboursement du prêt peut e faire de deux façons. Soit, vous payez les intérêts au cours de la période d’étude et à la fin de vos études, vous restituez le capital emprunté. Soit, vous attendez carrément le terme de vos études pour restituer le capital augmenté des intérêts. La deuxième option semble plus onéreuse. Toutefois c’est à vous que revient le choix à opérer.

Les commentaires sont fermés.